Archives de Catégorie: Collusion – Corruption

Collusion et corruption : faut-il pendre les magouilleurs ? (26/06/2013)

Pour ceux et celles qui ne le savent pas  je suis plutôt anti-capitaliste, socialiste et syndicaliste. Peu de patrons trouvent grâce à mes yeux ! Les exploiteurs, boursicoteurs, financiers, magouilleurs et voleurs me lèvent le cœur et je n’en ai pas une grande estime. Même dans ma carrière syndicale, lorsque j’ai eu à défendre des gens qui avaient volé l’institution publique, j’ai clairement expliqué à ces camarades de travail que leur geste n’avait pas de sens. On a beau prétexter que notre salaire n’est pas assez élevé, ce qui est sans doute vrai, que de toute façon il y a du gaspillage qui se fait à tous les niveaux, ça ne peut constituer une excuse à voler. Car au bout de la ligne, le vol c’est NOUS qui le payons par nos taxes et nos impôts. Je n’ai pas honte de les avoir défendus et faits réintégrer, même s’ils étaient coupables, et je suis convaincu qu’ils sont aujourd’hui plus conscients qu’ils ne règlent rien en chapardant une boîte de crayons, une fesse de bœuf ou une paire de draps ici et là…

Ne comptez pas sur moi pour faire la morale à tout le monde en disant que voler c’est péché ! Mais je crois cependant que nous ne pouvons vivre dignement en société si la corruption, la collusion et le vol sont érigés en système ! Pourtant, le système capitaliste est lui-même une arnaque, un vol constant de nos richesses collectives, de notre force de travail, de notre santé, de nos conditions de vie… Et Robin des Banques n’existe pas ! Il ne viendra pas nous redonner ce qu’on nous a volé…

Alors, comment peut-on empêcher les riches de se soustraire à l’impôt en mettant leur argent dans les paradis fiscaux ? Comment peut-on empêcher les entrepreneurs de «charger des extras» et de se faire payer «en-dessous de la table» ? Comment arrêter la collusion entre des firmes d’ingénieurs et des entrepreneurs qui «fixent» les prix à la hausse et mettent le surplus dans leurs bas, dans des condos, dans les poches des partis politiques municipaux, provinciaux et nationaux ? Comment dire aux «petits travailleurs» qu’ils doivent payer 35% d’impôt quand leur compagnie n’en paye pas un sou ou si peu, comme Rio Tinto ou Apple le font ouvertement ? Comment dire aux itinérants qu’ils ne doivent pas chiper une pomme au marché alors que des sénateurs à Ottawa nous volent des milliers de dollars en faux frais de déplacement ou de logement ?

Au temps de la Révolution française, en 1789, on aurait fait des  «exemples» en pendant aux lanternes quelques malfrats récalcitrants… Maintenant que nous avons compris que la peine de mort ne mène nulle part, comment «convaincre» tous ces voleurs de cesser leurs manœuvres frauduleuses ?

Je crois que la seule façon d’éviter ces dérives qui nous coûtent cher, c’est de s’impliquer collectivement dans l’administration de NOS affaires ! Et c’est vrai à tous les niveaux : autant dans notre syndicat que dans notre municipalité et dans notre pays ! NOTRE présence active est un gage de fonctionnement démocratique et honnête. Lorsque nous suivons de près l’administration publique, la gestion de notre argent et de nos espaces citoyens, celle-ci devient plus transparente, plus ouverte aux idées et plus fermée à la corruption.

Je sais que c’est facile à dire et moins évident à faire dans la «vraie» vie… Mais consacrer une soirée de temps en temps à l’administration municipale, au détriment d’une soirée de foot ou de hockey à la télé ou d’un téléroman qu’on peut de toute façon revoir sur internet, c’est un geste citoyen que nous devrons faire de plus en plus. À défaut de quoi nous nous exposons au risque de voir notre argent servir d’autres intérêts que les nôtres. Et puis, en s’impliquant et en étant un peu patients, nous allons trouver un intérêt nouveau pour prendre nous-mêmes en main notre vie collective. Ça nous évitera de la déléguer à des gens qui ne cherchent qu’à en profiter comme on l’a vu dans certaines municipalités du Québec. Ça nous évitera de chercher désespérément des «sauveurs» lorsque vient le temps d’élire NOTRE maire ou NOTRE  gouvernement…

Vous voulez sortir de la collusion, de la corruption ? Prenez en main votre collectivité ! Impliquez-vous quelques heures dans un comité citoyen ou syndical ; allez aux assemblées : si elles sont «plattes» exigez qu’elles soient à votre convenance ; exigez d’avoir l’information ; exigez d’avoir votre mot à dire !

Je l’ai dit, même nos syndicats ne sont pas à l’abri de cela. Je ne parle pas du vôtre évidemment ! Mais un syndicat fort c’est un syndicat où les membres sont présents, informés, intéressés et, surtout, mobilisés lorsque vient le temps de régler un problème. Et ça, ça ne se fait pas de façon spontanée : on donne un peu de temps régulièrement et lorsque vient le moment de s’impliquer activement, on sait pourquoi on le fait et on détermine ensemble «comment» on le fait. J’ai beaucoup d’admiration pour les gens qui occupent honnêtement des fonctions syndicales. Et je sais que leur plus belle «récompense» c’est lorsque que NOUS sommes présents dans les activités qu’ils organisent. Ils peuvent alors mieux sentir l’appui qu’on leur donne et, surtout, connaître NOTRE point de vue sur les gestes qu’ils posent en NOTRE nom. Le syndicat c’est NOUS ! Pas juste nos représentants-es qui travaillent au quotidien pour NOUS.

Briser le cercle vicieux de la collusion et de la corruption en passant la corde au cou des magouilleurs ? NON ! Il suffit de reprendre NOS affaires en main ! Il n’en tient qu’à NOUS !

Publicités