Arbitrage électronique au tennis professionnel

Tennis électronique?

J’ai eu le plaisir d’assister, la semaine dernière, au tournoi de tennis féminin organisé par Tennis Canada à Montréal. La pandémie a changé beaucoup de choses dans les festivals, spectacles et activités extérieures : masques, stades à moitié vides, restauration quasi inexistante, proximité réduite avec les autres spectateurs et les joueuses, etc. Curieusement, ce qui m’a le plus dérangé dans ce tournoi de tennis ce sont les cris d’orfraie du système automatique de jugement de lignes!

Comme Obélix et la fameuse potion magique, je suis tombé dans le tennis extérieur dès mon plus jeune âge. Mon père, ma mère, mon frère et ma sœur ont joué au tennis. Et qu’on ne vienne pas me dire que c’est un sport de riches, car ma famille ne l’a jamais été! J’ai donc passé une grande partie de mon adolescence à jouer, enseigner, arbitrer, compétitionner et même entretenir des terrains de tennis. Dès que j’ai pu, je suis devenu un abonné du tournoi de Montréal et je rêve encore d’aller voir des matchs à Wimbledon, Roland Garros et Flushing Meadows!

Bien que le tennis professionnel soit devenu un cirque-spectacle, il n’en demeure pas moins que les matchs de tournois, eux, sont demeurés les mêmes affrontements qu’il y a cent ans. Deux ou quatre joueuses doivent démontrer habilité, ténacité et constance pour pouvoir jouer un autre match en espérant gagner la finale où gloire et admiration constituent la récompense ultime. Évidemment, bien des choses ont changé depuis que j’ai gagné mon dernier trophée de douze centimètres de haut en bois et en métal doré! L’entraînement des joueuses, les raquettes et surtout la récompense pécuniaire ne sont plus les mêmes…

À Montréal du moins, il y avait une chose qui n’avait pas encore changé, l’arbitrage des matchs. En fait il faudrait plutôt parler de la façon dont on juge les balles pour savoir si elles sont tombées sur le terrain ou à l’extérieur des lignes qui le délimitent. Pandémie oblige, on a remplacé les humains qui, dans un travail de concentration extrême, jugeaient les balles qui côtoyaient les lignes de très près. Un travail de plus en plus difficile compte tenu de la rapidité  folle que les joueuses donnent à ces balles, martelées avec des raquettes devenues des armes de précision et de balistique explosive.

Au lieu des gestes convenus et des appels somme toute assez discrets que nous donnaient ces juges de lignes, on a eu droit à des cris automatisés reliés à un logiciel analysant les images des multiples caméras fixes qui balisent maintenant le terrain. Une forme d’intelligence artificielle dont le mot «artificiel» est la principale caractéristique, malheureusement. Une partie de tennis, jouée à l’extérieur, est influencée par de multiples facteurs humains et naturels : le soleil, le vent, la chaleur, la pluie, la fatigue, la concentration, l’attitude des gens qui assistent au match, etc. L’arbitre et les juges de ligne font aussi partie de l’expérience humaine du match. Leurs voix, leur attitude, leur habilité colorent le match pour le meilleur et parfois pour le pire. Ils forment une variable humaine qui bonifie l’expérience d’assister à ce spectacle passionnant qu’est le tennis professionnel. Or, la semaine dernière, on a plutôt eu droit à une expérience robotisée d’arbitrage, un genre de mauvais jeu vidéo. Même l’arbitre de chaise n’a jamais osé contredire la machine qui pourtant a de toute évidence commis quelques erreurs, rendant parfois son verdict après de longues millisecondes qui parurent des éternités. Et que dire de ces abominables cris toujours pareils, parfois inutiles, parfois absents et constamment vides d’humanité!

J’aime le tennis comme j’aime le théâtre, avec une part d’inconnue, d’imprévisibilité et de suspense. Les juges de lignes, qu’on a remplacées par des robots, faisaient partie de cet ensemble qui rend le spectacle encore plus intéressant. De grâce, revenez-nous l’an prochain avec plus d’humanité dans l’arbitrage et moins d’artificiel, fasse-t-il moins d’erreurs!

Paru dans Le Devoir du 17 août 2021 https://www.ledevoir.com/opinion/idees/625335/tennis-electronique

et dans La Presse du 17 août 2021 https://plus.lapresse.ca/screens/2a4ba27a-9a1d-48d6-a815-74196af7ff68__7C___0.html?utm_content=facebook&utm_source=lpp&utm_medium=referral&utm_campaign=internal%20share&fbclid=IwAR0eJ7rgchCtqL922tY1SbJxecT20E4uxuK5sFusfXNKOrqExrftBuvqTm8

Poster un commentaire ou un rétrolien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :